mardi 13 février 2018

Le mardi à ma fenêtre 5/52




"Je l'ai vue ainsi, je l'ai vue : ma journée a commencé comme un chant d'Homère ! C'était vraiment l'Aurore aux doigts de rose qui m'ouvrit les portes de l'Orient !"
Gérard de Nerval - Voyage en Orient

mardi 6 février 2018

Le mardi à ma fenêtre 4/52

Toile d’Hiver

La neige est si belle sur les arbres
lorsque s’empilent petit à petit
tous les flocons qui tombent du ciel
Tout est blanc et couleur d’écorce
et quelques oiseaux qui brillent comme des étoiles
au milieu de ce ciel de jour où le bleu est parti
Un rouge-gorge
Une mésange
Orange
virevoltent autour de la mangeoire
Et le grand pré est si blanc
Blanc
Comme une toile moelleuse
Comme une toile d’Hiver
Où les couleurs de vie
ne partiront jamais
 Elodie Santos

mardi 30 janvier 2018

Le mardi à ma fenêtre 3/52




Croquis de janvier 

Tout est dur, clair, sans voix, et mort ;
 l'hiver est fermé comme un livre. 
On dirait que la vie a tort de vouloir encor vivre. 
Le fleuve est pris ; 
le ciel si bas pèse sur les étendues blanches... 
Un oiseau pourtant chantera en avril, dans les branches. 

Guy-Charles Cros

mardi 23 janvier 2018

Le mardi à ma fenêtre 2/52


 
"Je n'aime rien tant que ce qui va se produire : et jusque dans l'amour, je ne trouve rien qui l'emporte en volupté sur les premiers sentiments. De toutes les heures du jour, l'aube est ma préférée."
                                                     L'Ame et la Danse Paul Valéry

mardi 16 janvier 2018

Le mardi à ma fenêtre 1/52


"Au milieu de l'hiver, j'apprenais enfin, qu'il y avait en moi un été invincible."
Albert Camus - L'été -

vendredi 22 décembre 2017

Le vendredi à ma fenêtre 38/52


SOLSTICE D'HIVER

Les noirs sapins qui peuplent seuls l'hiver
sous un ciel lourd dont les clartés sont basses
ont trop aimé ce pays temporaire
où l'on croit vivre et dont mon âme est lasse.

Le soir vient tôt sans la moindre lueur
noyer de nuit ce qui reste du monde
et le matin tardif s'éveille en pleurs
comme un enfant perdu entre des tombes.

À peine avons-nous vu s'éloigner l'aube
qu'il faut déjà supporter les ténèbres
et l'ange obscur qui les gouverne rôde
dans notre cœur autant qu'à nos fenêtres
Jean Grosjean

vendredi 15 décembre 2017

Le vendredi à ma fenêtre 37/52

Au-dessus des étangs, au-dessus des vallées,
Des montagnes, des bois, des nuages, des mers,
Par delà le soleil, par delà les éthers,
Par delà les confins des sphères étoilées,

Mon esprit, tu te meus avec agilité,
Et, comme un bon nageur qui se pâme dans l'onde,
Tu sillonnes gaiement l'immensité profonde
Avec une indicible et mâle volupté.

Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides ;
Va te purifier dans l'air supérieur,
Et bois, comme une pure et divine liqueur,
Le feu clair qui remplit les espaces limpides.

Derrière les ennuis et les vastes chagrins
Qui chargent de leur poids l'existence brumeuse,
Heureux celui qui peut d'une aile vigoureuse
S'élancer vers les champs lumineux et sereins ;

Celui dont les pensers, comme des alouettes,
Vers les cieux le matin prennent un libre essor,
- Qui plane sur la vie, et comprend sans effort
Le langage des fleurs et des choses muettes !
 
Charles Baudelaire - Elévation