mardi 20 septembre 2016

Une vitrine pour les métiers d'art

Il y a rue de Picardie, dans le Marais, un bel endroit qui vient d'ouvrir ses portes et étire sur 4 étages des rayonnages en bois où s'exposent des objets réalisées en petites séries quand ce ne sont pas des pièces uniques. Verre, bois, textile, papier, céramique, grès, porcelaine.... tous les matériaux sont ici convoqués pour devenir des objets du quotidien ou des objets d'exception, rares et singuliers.
Trait d'union et de rencontre entre le particulier et l'artisan d'art, le lieu n'est pas seulement dédié à la vente. Projection de films au sous-sol et mise à disposition de livres dans l'espace bibliothèque au dernier niveau invitent à découvrir ou redécouvrir les gestes des artisans. Enfin, pour être complétement dans l'esprit concept store, un espace restauration propose de s'attabler au milieu de ces objets qui ont une âme et une empreinte qui devraient enthousiasmer ceux qui comme moi sont en quête d'un objet qui a pris le temps de venir jusqu'à nous.

empreintes-paris-imagejpeg
4 étages de verre et d'acier
empreintes-paris-imagejpeg


 jean-marc-fondimare-empreintes-paris-image-jpeg
Lampes en porcelaine de Jean-Marc Fondimare

fabien-merillon-empreintes-paris-image-jpeg
Porcelaine de Fabien Mérillon


empreintes-paris-image-jpeg
La galerie des bijoux

aude-tahon-empreintes-paris-image-jpeg
Délicats entrelacs d'Aude Tahon

isabelle-leourier-empreintes-paris-image-jpeg
parure textile d'Isabelle Leourier
collier-en-soie-claire-sagnier-empreintes-paris-image-jpeg
collier en soie de Claire Sagnier



Le lundi à ma fenêtre 31/52



 

"Ring the bell that still can ring, forget your perfect offering. 
There is a crack in everything.... that's how the light gets in..."
Leonard Cohen

lundi 12 septembre 2016

Le lundi à ma fenêtre 30/52


L'ordre est le plaisir de la raison mais le désordre est le délice de l'imagination.
Paul Claudel

lundi 5 septembre 2016

vendredi 2 septembre 2016

Pastels Roché : la quête de la couleur

J'envie Isabelle Roché. Depuis qu'elle a décidé d'abandonner sa carrière d'ingénieur pour racheter à ses trois cousines la Maison du Pastel, son travail est d'imaginer et fabriquer de nouvelles couleurs qui viendront élargir le nuancier composé aujourd'hui de quelques 1000 références, de trouver des noms à ces nouvelles couleurs, d'imaginer de nouvelles textures pour ces pastels prisés hier par Degas, Vuillard, Whistler, plus récemment par Sam Szafran, Katherine Tisné pour n'en citer que quelques uns.

lamaisondupastelparis-imagejpeg
lamaisondupastelparis-imagejpeg
des noms de couleurs plein d'inspiration

lamaisondupastelparis-imagejpeg
La Maison du Pastel - Paris 3ème


lamaisondupastelparis-imagejpeg
Chaque couleur est déclinée en 9 nuances


La vie d'Isabelle Roché est intimement liée à ces petits bâtonnets de couleurs dont l'intensité et les propriétés d'adhésion au support en font des pigments recherchés par les pastellistes. Ce sont ces petits bâtonnets qui ont décidé de sa vie en 1999, dans ce village à 60 km de Paris, où se trouve l'atelier de fabrication ; ceux-là même qui lui ont fait découvrir ce travail manuel qui consiste à malaxer, mélanger les pigments avec une charge et un liant pour obtenir cette texture qu'il faudra presser pour en extraire l'excédent d'eau afin d'atteindre l'exacte densité qui sera ensuite déclinée en 9 nuances. La pâte obtenue sera alors disséquée en petites boules, pesées, roulées et aplaties à la main pour réaliser  ces dizaines de bâtonnets serrés les uns contre les autres avant qu'un massicot ne vienne en égaliser les extrémités. Reste à apposer les trois lettres "ROC" sur chaque bâtonnet avant de les déposer sur des clayettes pour l'ultime étape du séchage que l'on confiera aux aléas du temps.
Une fois secs, chaque pastel recevra une délicate bague de papier fin  et prendra place dans une boîte en chêne marquée du sceau de la maison : un étonnant griffon, une gerbe de blé et les initiales HR du nom du fondateur de cette maison tri-centenaire : Henri Roché.
Ce sont ces pastels qui ont mis sur son chemin Margaret Zayer, une artiste américaine passionnée de couleurs qui l'a rejointe dans cette aventure et avec qui elle assure aujourd'hui la continuité de cette vieille maison avec la sérénité de ceux qui savent qu'ils ont fait le bon choix.
Ces pastels sont fascinants comme l'est l'histoire de cette vieille enseigne de la rue Rambuteau, où je découvre émerveillée  un empilement de boîtes portant à l'encre de chine les noms des couleurs qu'elles renferment : rose Chambord, vert tempête, violet de mars.....
Quels seront les noms que ces deux aventurières de la couleur donneront aux nuances qu'elles formuleront, aux teintes demandés par des artistes en quête d'un ton précis ? Arriveront-elles à reconstituer une collection de 1650 nuances, comme celle élaborée par Henri Roché en 1906 ? Peu importe. L'essentiel était d'assurer la continuité d'une histoire familiale initiée au 18ème siècle et qui nous parvient aujourd'hui à travers une lumineuse palette de pigments prêts à s'écraser et à libérer leur poudre sur le papier du pastelliste. 



Si la visite de cet endroit hors du temps vous intéresse, des dates sont proposées sur le site de la Seine Saint Denis.
Un très bel article est paru dans le numéro 1 de l'Instant Parisien avec des photos de l'atelier de fabrication




jeudi 1 septembre 2016

Retrouver Paris

tourEiffelpourtouristes-imagejpeg
Bibeloterie

Retrouver Paris avec les yeux d'une touriste qui viendrait ici pour la première fois. S'émerveiller devant les vitrines,  les méduses de la Galerie Salon, se trouver nez à nez devant les dessins à la craie de Jordane Saget et surtout pousser la porte du 20 rue Rambuteau pour une visite exceptionnelle de  la Maison du Pastel. J'en reparle très vite le temps de mettre de l'ordre dans mes photos.

galeriesalon-imageJPEG
Galerie Salon rue de Bourbon le Château - Paris 6ème

Jordanesaget-imagejpeg
œuvre éphémère de Jordane Saget - Rue Cardinale - Paris 6ème
maisonpastel-imagejpeg
La Maison du Pastel - Paris 3ème


mardi 30 août 2016