samedi 30 juillet 2016

Des bords de Seine au canal St Martin en passant par l'Ouest et le Nord de Paris.... en vélo (3)


La Halle Pajol et les jardins Rosa Luxembourg


Autre site d'intérêt du 18ème que nous souhaitions découvrir lors de notre échappée : la Halle Pajol et les jardins attenants. Encore une histoire de chemins de fer, puisque ce lieu fut jusqu'aux années 90,  dédié au chargement et déchargement des colis postaux acheminés par les trains. L'arrêt de l'activité industrielle transforme le lieu en friche urbaine qui attise les convoitises des promoteurs immobiliers. S'en suit une forte mobilisation d'associations et de riverains qui souhaitent réhabiliter le lieu et qui auront au prix d'une concertation fructueuse avec l'ensemble des parties prenantes, gain de cause. Entièrement réhabilitée, la Halle Pajol se veut un témoignage industriel et patrimonial d'un site qui a marqué le quartier de la Chapelle, tout en s'inscrivant dans une démarche éco-responsable. Aujourd'hui le site peut se vanter d'avoir pour toit, la deuxième plus grande centrale solaire photovoltaïque urbaine en France avec 1988 panneaux photovoltaïques. Divers bâtiments composent la Halle : une bibliothèque, une auberge de jeunesse, des restaurants, un espace de travail collaboratif, un collège et le jardin Rosa Luxembourg qui borde les voies ferrées qui filent vers la gare de l'Est.


la-Halle-Pajol-imageJPEG
Aménagement extérieur de la Halle Pajol avec en arrière plan la bibliothèque Vaclav Havel

la-Halle-Pajol-imageJPEG
Une terrasse de bois et palissades : les Petites Gouttes



jardin-rosa-luxembourg-imageJPEG
Le jardin Rosa Luxembourg : vaste aménagement végétal qui court sous la Halle et dans son prolongement

jardin-rosa-luxembourg-imageJPEG
Le jardin Rosa Luxembourg sous la Halle

Le canal Saint-Martin


Nous avons quitté le 18ème et ses nombreux projets pour filer vers le canal Saint-Martin et ses écluses. Le dimanche la circulation sur les voies attenantes au canal est interdite aux voitures et c'est un plaisir de rouler le long du canal jusqu'à la Bastille. Un petit bémol, la place de la Bastille n'est absolument pas aménagée pour les vélos et on est content de retrouver une piste cyclable qui nous amène sur les quais de la Seine.

canal-saint-martin-imageJPEG
Sur les bords du canal Saint-Martin

Génie à l'horizon

paris-plages-été2016-imagejpeg
Paris plage et guinguette

paris-plages-été2016-imagejpeg


Pour la quinzième année, les voies sur berges de Paris se la jouent estivales, ramblas, promenades. On s'attarde avec plaisir devant un petit bal  où des zazous entreprennent des pas si légers qu'ils semblent effleurer le bitume. On laisse les parasols, les guinguettes et les terrains de pétanques pour passer rive gauche et entendre la clameur des passants accueillant l'arrivée du Tour de France salué par la patrouille de France.

patrouille-de-france-paris2016-imageJPEG
La Patrouille de France accueille l'arrivée du Tour de France 2016

Quelle concordance parfaite et fortuite, nous bouclons notre tour de Paris en même temps que les cyclistes du Tour de France. Encore quelques coups de pédales et nous faisons une dernière étape  dans le  jardin André Citroën où des jets d'eau surprennent et font crier les enfants qui courent et s'ébrouent joyeusement dans ce dédale ruisselant et rafraichissant.

Dernière étape dans le jardin André Citroën

vendredi 29 juillet 2016

Des bords de Seine au canal St Martin en passant par l'Ouest et le Nord de Paris.... en vélo (2)

Une histoire de trains et de chemins de traverse

Un terrain désaffecté sur une surface de 2,5 ha en bordure de voies ferrées, d'immenses hangars, un partenariat avec la SNCF : au cœur du 18ème, Grand Train embarque bobos et tout autre passagers dans une flânerie  ferroviaire éphémère et insolite. On accède au site par le 26ter rue Ordener. Il nous faut tout d'abord descendre les escaliers pour découvrir cet ancien dépôt de la SNCF et en mesurer l'étendue. La surprise est totale dès le premier hangar où une dizaine de locomotives rutilantes nous projettent dans des voyages anciens, dans des compartiments où le regard était immanquablement rivé aux images noir et blanc célébrant une région française. On sort ensuite pour découvrir un vaste espace jonché de traverses qui servent aujourd'hui d'assises à des passagers en quête de lieux alternatifs, de rayons de soleil, d'une partie de pétanque à moins qu'ils n'attendent qu'une place au baby foot se libère. On s'aventure amusés et curieux vers les autres hangars qui abritent des espaces de jeux pour les plus jeunes, un circuit de train qui ferait retomber en enfance plus d'un adulte, 8 points de restauration, un espace cinéma, une librairie, un tatoueur, un marché équitable.... il y a de quoi s'occuper, s'étonner et s'amuser dans cet espace qui rend hommage à la mémoire d'un lieu qui vit passer des générations de cheminots et de matériels de 1845 à 2014.
Grandtrain - Paris - imageJPEG
Grand Train rue Ordener Paris 18


GrandTrain-Paris-imageJPEG
Exposition de vielles locomotives pour un voyage dans le tempsGrandTrain-Paris-ImageJPEG


GrandTrain-Paris-ImageJPEG

GrandTrain-imageJPEG
l'un des 8 restaurants du site

GrandTrain-imageJPEG
une oasis ferroviaire en plein 18ème

Le petit bois perdu au milieu du 18ème

Remontant en selle nous avons pédalé jusqu'à l'avenue Max Dormoy et plus précisément jusqu'à l'impasse de la cité de la Chapelle où j'étais curieuse de découvrir ce petit bois qui a fait l'objet d'un reportage dans le magazine "L'Instant parisien"  mais aussi d'une pétition pour en assurer la sauvegarde. Pétition qui a permis d'obtenir gain de cause puisque le Bois Dormoy restera un jardin et lieu partagé avec un projet qui doit être précisé au second semestre. Aujourd'hui on se promène dans une forêt qui a grandi sur une friche urbaine et qui constitue une véritable respiration dans un quartier que l'asphalte et le béton ont recouvert. Des cabanes racontent des histoires d'enfants et un petit espace de jardin communautaire raconte un lieu de vie et d'échanges où il doit faire bon se retrouver au dessus de quelques plants de framboisiers.


12 cité de la Chapelle - Paris 18ème

mosaïque-bois-dormoy-paris-ImageJPEG
mosaïque sur l'un des murs entourant le bois

le-bois-dormoy-imageJPEG

le-bois-dormoy-imageJPEG

jeudi 28 juillet 2016

Des bords de Seine au canal St Martin en passant par l'Ouest et le Nord de Paris.... en vélo (1)

Ce doit être l'effet Tour de France.... nous ne lâchons plus nos vélos et dimanche dernier nous avons fait une échappée de 8 heures  (pause déjeuner et promenade incluses ! ), sur un itinéraire vaguement visualisé dont voici au final les grandes étapes.

Du bas-Meudon à l'avenue de la Grande Armée 

maison-sur-l'ile-saint-germain-imageJPEG
Maison avec ponton sur l'Ile St Germain

Il s'agit dans un premier temps d’attraper un bout de piste carrossable le long de la Seine et de nous orienter vers Boulogne. La piste est encore en pointillé au niveau du Bas-Meudon, mais par endroit on devine clairement à quoi ressemblera ce parcours qui sera une véritable promenade en bord du fleuve. Sur l'ile Seguin on distingue à présent la forme finale de la future cité musicale
et notamment la "voile" ornée de panneaux photovoltaïques qui suivra la course du soleil en tournant autour de la coque en bois.  


bord-de-seine-bas-meudon-imageJPEG
 la-cite-musicale-de-l'ile-seguin-imageJPEG

 Aménagement en cours le long de la Seine en face de l'Ile Séguin également en devenir 


Au niveau de Sèvres, nous rejoignons l'Ile Monsieur désormais entièrement aménagée avec des pontons d'accostage pour le club d'aviron qui y a installé ses quartiers, de très beaux bâtiments en bois qui donnent à l'endroit des accents scandinaves et de grandes pelouses que les citadins semblent apprécier dès les premiers rayons du soleil.
Petit passage délicat après Sèvres pour rejoindre le Pont de Saint-Cloud. La solution serait de traverser le parc de Saint-Cloud dans sa partie basse, mais l'accès face à l'Ile Monsieur est ce jour-là fermé. Nous entrons dans Boulogne que nous remontons jusqu'au bois que nous traversons en nous dirigeant vers le jardin d'acclimatation pour nous retrouver devant la fondation Vuitton qui fait claquer ses grandes voiles de verre revisitées par Daniel Buren en un joyeux damier de couleurs.
ile-monsieur-imageJPEG
Club d'aviron sur l'Ile Monsieur

Buren-à-la-fondation-Vuitton-imageJPEG
Une caravelle ? un oiseau ? Un nuage ?

Buren-à-la-fondation-Vuitton-imageJPEG
La Fondation Vuitton hisse haut les couleurs de Buren

Buren-à-la-fondation-Vuitton-imageJPEG
Un damier prêt à s'élancer

avenue-de-la-grande-armée-14juillet-imageJPEG
Interdite aux voitures pour cause d'arrivée du Tour de France, l'avenue de la Grande Armée est à nous
 Quelques coups de pédales plus tard, nous voici dans Paris et c'est avec plaisir que nous remontons l'avenue de la Grande Armée jusqu'à l'Arc de Triomphe. Laissant les préparatifs d'accueil du Tour de France, nous poursuivons notre échappée plein nord, traversant le 17ème en longeant le parc Martin Luther King et son ballet de grues qui travaillent à l'édification du futur tribunal, et nous voici dans le 18ème sur le boulevard des maréchaux qui attend l'arrivée du tramway. Il est temps de faire une pause déjeuner et justement nous voici Porte de Clignancourt, devant la Recyclerie, une ancienne station de la petite ceinture aujourd'hui reconvertie en un lieu hybride où on trouve en vrac : un poulailler, un potager, des tables in and out pour déjeuner en semaine et bruncher le we, des ateliers de réparation et une multitude d'animations écolo-ludiques. Un lieu foutrac, qui s'étire en bordure de l'ancienne voie ferrée faisant face aux jardins partagés du ruisseau et où se tient les dimanche une brocante. Beaucoup de monde patientait pour bruncher ce dimancher dans ce lieu plutôt insolite qui , si mes sources sont exactes, est géré par la même équipe que celle du pavillon des Canaux que j'évoquai ici.

Pause déjeuner à la Recyclerie 


la-recyclerie-imageJPG
La Recyclerie : la grande salle avec vue sur l'ancienne petite ceinture

la-recyclerie-imageJPG
La Recyclerie : vue des voies

 

mardi 26 juillet 2016

photoproject 28/52 : plante

photoproject 28/52- plante- imagejpg
fleur d'artifice pour le photoproject 28/52

Fascinée par ces ombellifères qui décorent le bord des routes et des chemins. De grandes dames souveraines et graphiques, fleurs d'artifice blanc que j'aime ramasser en brassée.

lundi 25 juillet 2016

Le lundi à ma fenêtre 27/52



le-lundi-à-ma-fenêtre-papillottes.blogspot.fr-imageJPG


"Ce qui embellit le désert, c'est qu'il cache un puits quelque part."
Antoine de Saint-Exupéry-Vol de Nuit

Slow week-end en Mayenne


Un bon pour une nuit perchée, deux vélos arrimés à la voiture, une météo au beau fixe, des envies  de chlorophylle, de bottes de foin,  de paysages paisibles et apaisants que l'on atteindrait rapidement : à deux heures de Paris,  la Mayenne serait notre terrain de jeu et de ballades pour ce grand we estival.

chemin de mayenne-papillottes.blogspot.fr-image-JPEG


bottedefoin-Mayenne-imageJPG



















Dans une cabane perchée 

Au domaine des Vaulx à La Baconnière nous avons trouvé refuge dans les branches d'un vieux chêne. Dormir ainsi à 5 mètres du sol dans une cabane en bois, avec vue sur un champ de blé qu'un chevreuil eu la délicatesse de traverser alors que nous prenions notre petit déjeuner fut tout simplement merveilleux.

cabane-perchée-domaine-des-vaulx-imagejpeg
cabane-perchée-domaine-des-vaulx-imagejpeg
domaine-des-vaulx-image-JPG
petit-déjeuner-cabane-perchée-domaine-des-vaulx-image-JPG
Petit déjeuner sorti du panier à savourer en même temps que les premiers rayons du soleil

  A vélo sur les chemins de halage de la Mayenne


Le lendemain nous avons mis nos vélos dans les pas des hommes et des chevaux, qui faisaient autrefois remonter à "la halée" les embarcations. 85 km de chemin de halage  forment aujourd'hui une voie verte, ondulant en bordure de la Mayenne dans un paysage bucolique animé de vaches aussi paisibles que les nombreux pêcheurs rencontrés. Pas le temps de faire la totalité du parcours, nous nous sommes contentés du tronçon entre Montflours et Moulay, soit 30 km aller-retour sans difficulté aucune, juste le plaisir d'apprécier le paysage façonné par la rivière, les écluses et les barrages qui précipitent par instant le cours de la Mayenne bien tranquille.

ecluse-de-la-fourmandiere-imageJPG

chemin-de-halage-de-la-mayenne-imageJPG



chemin-de-halage-de-la-mayenne-imageJPG
chemin-de-halage-de-la-mayenne-imageJPG



chemin-de-halage-de-la-mayenne-imageJPG

chemin-de-halage-de-la-mayenne-imageJPG





dimanche 24 juillet 2016

photoproject 27/52 : quotidien

photoproject27/52-quotidien-papillottes.blogspot.fr-imageJPEG
Photoproject 27/52 : quotidien


Mon quotidien est en ce moment ce fidèle destrier qui m'emmène dans les bois frais alentours, le long de la Seine ou encore comme aujourd'hui pour une formidable expédition à travers Paris dont je reparlerai très vite car ce fut l'occasion de découvrir des endroits étonnants.